Archive pour 'photos'

bonne fête papa, pépé

15 juin. 2014 Un commentaire Publié sous: photos

bloggif_539c1a72d563f

Une bonne fête à tous les papas

Cyrano

12 juin. 2014 Pas de commentaire Publié sous: photos

bloggif_539954ff929cf

 

 

Mon chat Cyrano en 3D, un essai sur le site http://www.bloggif.com

 

Tricotons…

10 juin. 2014 Pas de commentaire Publié sous: photos, tourisme

 

pelote laine : Aiguilles à tricoter et fils.  pelote laine : Petit chaton noir jouant avec une pelote de laine Illustration

…La laine

La laine est un matériau généralement d’origine animale qui est constitué de fibres kératiniques d’ovins et utilisé dans la production textile, notamment pour ses capacités d’isolant thermique.

Légalement, on désigne par « laine » les fibres du mouton ainsi que les fibres d’autres animaux (mais dans ce dernier cas on appelle toujours ces textiles par leur nom) dont la toison est composée de fibres kératiniques tels que la chèvre angora (dont les fibres de toison sont désignée par « laine mohair »), le lapin albinos ou lapin angora (dont les fibres de toison sont désignée par « Angora »), la chèvre dite cachemire (dont les fibres de toison sont désignées par le même terme « cachemire »), le lama, l’alpaga, le guanaco, le chameau domestique, yacketc. La laine est utilisée dans tous les domaines du textile : tricot, vêtements tissés, chaussants, tissus d’ameublement, tapis et autres.

Tricotons... dans photos k5300859

moutons

darwin4p laine dans tourisme

chèvre angora

 tricot

lapins angora

k12325186

alpagas

Yack du Népal

yack du Népal

guanaco

guanacos d’Argentine

Photo de Chameau référence 609765

chameau

pelote laine : Balles de laine avec des aiguilles à tricoter dans le pré avec des moutons: le concept de tricotage Banque d'images

…Le coton

Le coton est une fibre végétale qui entoure les graines des cotonniers « véritables » un arbuste de la famille des Malvacées. Cette fibre est généralement transformée en fil qui est tissé pour fabriquer des tissus. Le coton est la fibre naturelle la plus produite dans le monde. Depuis le XIXe siècle, il constitue, grâce aux progrès de l’industrialisation et de l’agronomie, la première fibre textile du monde (près de la moitié de la consommation mondiale de fibres textiles).

k4822414      k9972565

 

pelote laine : nombreux clews multicolores dans des lignes verticales, isolé

…Le bambou

Avec plus d’un millier d’espèces connues et d’innombrables applications, le bambou conquiert aujourd’hui le marché du textile à grand renfort de publicité. Un processus similaire à la transformation de la pâte à papier en rayonne permet de changer la cellulose du bambou en viscose. En 2004, la Chine - premier producteur mondial de bambous – a exporté pour l’équivalent d’un million de dollars de bambous destinés au secteur du textile.

k11458902   ppa02016

Ile de ré

17 mai. 2014 Pas de commentaire Publié sous: photos, tourisme

ânes en culotte sur l'île de ré

Quelques images de cette semaine passée sur l’île de ré:

ile de ré 028 ile de ré 030 ile de ré 031

ile de ré 015 ile de ré 017 ile de ré 024 ile de ré 027

ile de ré 010 ile de ré 012ile de ré 014

220px-Carte-ile-de-re

magnify-clip

Carte de l’ile de Ré.

L’île de Ré est située sur la façade ouest de la France, au milieu du littoral atlantique, au large des côtes de la Charente-Maritime et au sud de la Vendée, face au port de La Pallice, non loin de La Rochelle, à près de deux kilomètres du continent.

Caractéristiques

L’île de Ré, d’orientation générale N.O.-S.E, s’étire sur une longueur d’environ 26 km et sa largeur varie de 70 m à 5 km. Elle présente un développement total de côtes de presque 100 km, dont la moitié sont constituées de plages, surtout la côte sud-ouest.

Sa superficie est d’environ 85 km2, ce qui en fait la quatrième île de la France métropolitaine, loin derrière la Corse (8 680 km2), et proche de l’île d’Oléron (174 km2) et de Belle-Ile (85,63 km2). L’Île possède un isthme : Le Martray. Son relief est plat dans l’ensemble. Le point culminant de l’île se trouve au Peu-des-Aumonts, lieu-dit de la commune du Bois-Plage-en-Ré, et atteint 20 mètres d’altitude.

À son extrémité orientale, sur la commune de Rivedoux-Plage, à la pointe de Sablanceaux, l’île est reliée au continent à La Repentie/La Pallice par le Pont de l’île de Ré, long de trois kilomètres et inauguré le 19 mai 1988. La forme en cloche du pont dans sa partie centrale a été imposée par la Marine nationale – soit 30 m au-dessus de la mer – permettant ainsi le passage des navires de guerre. Le virage que prend le pont sur presque toute sa longueur permet de contourner une fosse particulièrement profonde présente sur le trajet axial La Pallice – Sablanceaux.

 

L’Île de Ré profite d’un climat assez doux grâce à sa situation géographique et au courant marin chaud du Gulf Stream. L’île est très ensoleillée, avec 2 300 heures par an, elle se place après le Sud-est de la France et la Corse. Par contre, les pluies sont plutôt fréquentes en hiver et en automne. Ces caractéristiques sont dues au fait que le relief est quasiment inexistant. En été, la chaleur est atténuée par la proximité de la mer. En hiver, la température est assez douce et les chutes de neige peu fréquentes.

La fleur la plus représentative de l’île de ré est la rose trémière:030

  • 90px-Alcea_rosea_and_blue_sky
    Autres spécialités:
    Le sel:
    L’exploitation du sel sur l’île date du XIème siècle. Ce sont les moines de l’Abbaye de St Michel en l’Herm qui y implantent les premiers marais salants.
    Au XIX siècle, 1500 ha de marais salants (soit 1/5 de la surface de l’île) produisent en moyenne 30 000 tonnes par an. Dans un contexte de plus en plus difficile, les producteurs s’organisent et créent en 1942 la Coopérative des Sauniers de l’île de Ré.
    Au début des années 1990, les sauniers sont peu nombreux et assez âgés.
    La coopérative et la communauté de communes engagent alors un programme  de sauvegarde. De nombreux marais salants sont restaurés.
    Les sauniers s’engagent dans une démarche de qualité et élaborent une gamme dc produits variés: le gros sel gris, la fleur de sel, mais aussi le sel fin et 7 recettes différentes de gros sel aux aromates.
    Le vin:
    Peu connu, les vins produits par les vignerons de l’Ile depuis plusieurs siècles méritent toutes notre curieuse attention. Une très large gamme de vins blancs, rosés et rouges, des vins mousseux blancs et rosés (vins de Trousse chemise) ainsi que des pineaux blancs et rosés.
    Ils produisent également des cognacs( charentais oblige!).
    Les biscuits:
    Avec sa biscuiterie, l’Ile de Ré n’a rien à envier à la Bretagne :sablés rhétais, sablés caramel, sablés chocolat, sablés du marin aux algues et à la fleur de sel, croquants…
    La pomme de terre:
    La culture de la pomme de terre dans l’île date du 18ème siècle. En 1998, elle obtient la première AOC française décernée à une pomme de terre. La production est relativement réduite n’excédant pas 2500 tonnes.
    Les ânes en culotte:
    Les Ânes en Culottes de l’ Ile de Ré amusent les enfants comme les adultes. Combien savent pourtant que cette tenue répondait à une nécessité.
    En effet, dans ce pays de marais salants où abondaient mouches et moustiques, les habitants avaient pris l’habitude de protéger leurs bêtes des piqûres d’insectes par des pantalons à bretelles confectionnés dans des tissus divers.
    La mécanisation de l’agriculture est arrivée et les ânes ont disparu… puis sont revenus…
    Retrouvez-les à Saint Martin de Ré , près du Parc de la Barbette, pour une ballade inoubliable.
    cartes_anes_culotte_iledere
    Sans oublier les fruits de mer!

chat assoiffé

1 mai. 2014 Pas de commentaire Publié sous: photos

 

P1040242 P1040243 P1040244

 

C’est tellement meilleur de boire au robinet!!!!!

hector berlioz

30 avr. 2014 Pas de commentaire Publié sous: photos, tourisme

 

P1040217

Biographie                                               hector berlioz dans photos 170px-Berlioz_as_a_child

(Hector Berlioz enfant)

Hector Berlioz est issu d’une vieille famille du Dauphiné. Son père, Louis Berlioz, est médecin, et sa mère, Antoinette-Joséphina Marmion, catholique fervente.

À l’âge de six ans, Berlioz est envoyé au séminaire pour y entreprendre ses études. À la fermeture de l’établissement, en 1811, son père décide de se charger de son éducation, le destinant à une carrière de médecin. Cette éducation paternelle ne l’empêche pas de compléter sa formation avec un maître de musique qui lui enseigne le chant et la flûte. À l’âge de douze ans, il se met à composer. En 1819, son père lui achète une flûte puis une guitare, et Hector prend des leçons d’un nouveau professeur. Deux ans plus tard, Hector Berlioz est promu bachelier ès lettres à Grenoble, le 22 mars 1821.

Inscrit à l’école de médecine de Paris, il quitte sa famille fin octobre et suit les cours du programme pendant une année, avant d’écrire à son père qu’il préfère l’art à la médecine : « Je sentis ma passion pour la musique s’accroître et l’emporter sur mon désir de satisfaire mon père ». Il se brouille avec sa famille, fréquente l’Opéra de Paris et suit les enseignements de Jean-François Lesueur, puis d’Antoine Reicha.

Les débuts

170px-Berlioz_young dans tourisme

magnify-clip

Portrait de Berlioz par Émile Signol, 1832

À une époque où sa formation musicale est encore rudimentaire, il commence à jouer de la guitare et du flageolet. Il est très tôt attiré par la vie parisienne des années de la Restauration des Bourbons, période marquée par un grand élan culturel et intellectuel.

En 1823, il étudie la composition au Conservatoire de Paris. Il écrit la Messe solennelle en 1824 et découvre Weber, dont il se souviendra pour la Symphonie fantastique. Malgré ses échecs au concours de Rome en 1827, 1828 et 1829 (sa cantate Cléopâtre est jugée injouable par le jury en 1829), il poursuit ses études au Conservatoire, dirigé alors par le grand maître de l’époque, Luigi Cherubini, avec Antoine Reicha pour la fugue et le contrepoint, et Jean-François Lesueur pour la composition.

Il découvre Goethe et son Faust dans la traduction de Gérard de Nerval, et compose en 1829 Huit scènes de Faust qui, remaniées, deviendront la légende dramatique La Damnation de Faust en 1846.

L’exécution en 1828 des symphonies de Beethoven par François-Antoine Habeneck, sera une révélation, pour Berlioz. « Je venais d’apercevoir en deux apparitions Shakespeare et Weber ; aussitôt, à un autre point de l’horizon, je vis se lever l’immense Beethoven. La secousse que j’en reçus fut presque comparable à celle que m’avait donnée Shakespeare. Il m’ouvrait un monde nouveau en musique, comme le poëte m’avait dévoilé un nouvel univers en poésie. » – (Mémoires, chapitre XX)

Fiancé à Marie Moke qui le quitte pour épouser Camille Pleyel en 1831, Berlioz tombe amoureux au cours d’une représentation d’Hamlet de Shakespeare d’une actrice irlandaise qui joue dans la pièce :Harriet Smithson. Il l’épouse en 1833 et un fils, Louis, naît le 14 août 1834.

La Symphonie fantastique

Dès 1830, six ans seulement après la Symphonie n° 9 de Beethoven, ses études, ses influences et son génie lui permettent d’écrire la Symphonie fantastique, op. 14, qui enthousiasme Franz Liszt, mais provoque un grand scandale chez un public qui ne se rend pas compte de la portée de l’œuvre : elle va relancer la « musique à programme », ou « musique descriptive », et va s’insinuer partout dans la musique allemande (Franz Liszt et Richard Strauss), puis dans la musique française (Saint-Saëns, Dukas, Franck et d’Indy). Dès 1834, il se fait connaître comme critique dans la Gazette musicale, puis dans le Journal des débats, où il soutient son système musical, qui subordonne l’harmonie à la recherche de l’expression.

 

A l’occasion d’une promenade à la Côte Saint André (38), nous avons visité le musée Berlioz qui était la demeure natale du compositeur.

Voici quelques clichés du lieu:

 

 

P1040194 P1040201 P1040205 P1040206 P1040207 P1040212 P1040214 P1040196 P1040222 P1040203

Bartholdi_DSCN4192_small  Bartholdi_DSD_2841_small 5262S_small

La fontaine des Terreaux

la-belle-fontaine-de-1-

 

La fontaine Bartholdi se situe place des Terreaux dans le centre de la ville de Lyon (1er arrondissement). Elle a été réalisée par le sculpteur Frédéric Auguste Bartholdi.

Point d’histoire:

La ville de Bordeaux décide, en avril 1857, de faire réaliser une fontaine pour la place des Quinconces. Elle lance un concours dont le lauréat est un jeune sculpteur de 23 ans, Frédéric Bartholdi, qui présente une œuvre1 inspirée du bassin d’Apollon à Versailles, réalisé par Tuby.

Malheureusement, le Conseil Municipal de Bordeaux ne donne pas suite à son projet. En 1886, après l’inauguration dans le port de New-York de la statue de la « Liberté éclairant le Monde », le maire de Bordeaux reprend contact avec lui pour relancer l’ébauche réalisée près de trente ans plus tôt.

Bartholdi termine alors sa fontaine du « char triomphal de la Garonne », et la fait réaliser en 1888 par la société Gaget & Gauthier, qui a travaillé avec lui sur la statue de la Liberté. La fontaine est présentée à l’Exposition universelle de Paris en 1889, dans la galerie centrale appelée galerie de trente mètres du fait de sa largeur.

Le maire de Lyon est séduit par l’œuvre et décide de l’acheter

 

La fontaine des Jacobins

lyonCA81BS2E

La fontaine fut réalisée en décembre 1885 par Gaspard André (1840-1896) à qui nous devons également le théâtre des Célestins. En marbre blanc, elle représente Philibert Delorme ou de l’Orme, Guillaume Coustou, Gérard Audran et Hippolyte Flandrin.

 

La fontaine Louis Pradel (Opéra de Lyon)

una-piazza-1-

La fontaine moderne place Louis-Pradel se situe face à l’Opéra. La fontaine est une œuvre de Ipoustéguy qui s’intitule « le soleil ». La place Louis-Pradel est une place située dans le 1er arrondissement de Lyon. La place Louis Pradel est au pied de la colline de la Croix-Rousse. De création récente, elle relie le centre-ville, l’hôtel de ville et place des Terreaux aux quais du Rhône.

 

La fontaine de centre commercial de la Part Dieu

 

lyonCAVNVXRV

la Place de la Fontaine  à l’intérieur du Centre Commercial de la Part Dieu accueille un  spectacle permanent de jeux d’eau et de laser

Fontaine par Lemot place Sathonay

Lemot_Sathonay_IMG_1546_small

De part et d’autre de l’escalier menant à la place Sathonay se trouvent deux fontaines ornées de lions en fonte fabriqués à laFonderie nationale du Creusot, répliques des lions ornant la fontaine de l’Institut à Paris, eux-mêmes inspirés de la Fontaine Acqua Felice située à Romeplace Saint-Bernard.

 

Promenades sur les berges:

 

 

Quai de Saône à Lyon avant la construction des quais

 

Le confluent Rhône-Saône se trouve aujourd’hui à la limite sud de Lyon; en effet, considéré comme un obstacle à l’agrandissement de la ville, le confluent a été au fil de l’histoire repoussé vers le sud.

Le confluent à l’origine se situait au pied de la colline de la Croix Rousse, au niveau de l’actuelle place des Terreaux. Le confluent prenait alors la forme d’un marécage. En face du confluent, l’île de Moignat. En 1760, l’ingénieur Michel Antoine Perrache propose d’assécher les marécages et de repousser le nouveau confluent du sud d’Ainay au niveau de la Mulatière.

De nombreuses légendes sur le Rhône et la Saône peuplent l’imaginaire collectif. Néanmoins la ville de Lyon avait  progressivement perdu son rapport privilégié à l’eau en livrant ses quais aux routes, autoroutes et parkings, mais aujourd’hui de nombreux aménagements ont été effectués ou entrepris afin de rendre les berges de ces deux fleuves accessibles aux piétons et aux deux roues.

 

Quais de Saône:

280px-Lyon_Quais_bouquinistes_3220px-Lyon

 

 

RivesDeSaone_quaiJosephGillet_versAval

 

 

 

 

Quais du Rhône:

lyon entre rhône et saône dans photos   dans tourisme      berg

017 (1)

 

Découvert au hasard d’une promenade sur les pentes de la Croix-Rousse , au détour de la montée Bonafous, un attrayant lavoir très coloré et qui a été restauré en 2009 (Sculpteur Bachir Hadji et mosaïques Nicolas Kriknof)

018-copie-1 (1) 019 (1) 020 (1)

 

 

 009

 

 

 

La Croix-Rousse est une colline de la ville de Lyon. Mais c’est également un quartier situé sur cette même colline, que l’on distingue en deux éléments : les pentes (une partie du 1er arrondissement), et le plateau (4e arrondissement), qui culmine à 254 mètres.
La Croix-Rousse, ancienne commune du département du Rhône, est un quartier original, profondément marqué par son passé de haut-lieu de l’industrie de la soie.

 

010

 

 

Place de la Croix-rousse

Située entre Saône et Rhône dans le prolongement nord de la Presqu’île, la Croix-Rousse est l’une des 2 collines dominant Lyon (l’autre étant la colline de Fourvière). Elle culmine à 250 m (contre 300 m pour Fourvière), soit une petite centaine de mètres au-dessus du reste de la ville.

Certains versants, appelés « Balmes » et abimés par l’érosion fluviatile, sont de véritables falaises de 20 à 40 m de hauteur. Des éboulements spectaculaires ont d’ailleurs eu lieu en 1932 et 1977.

La colline de la Croix-Rousse est en fait la partie sud d’un plateau qui se poursuit au nord sur les communes de Caluire-et-CuireSathonay-CampRillieux-la-Pape et Fontaines sur Saône.

 Gros Caillou:

014
promenade à la Croix-rousse dans photos magnify-clip

Le Gros Caillou

L’un des symboles du quartier est le Gros Caillou, gros rocher dont la composition minéralogique laisse à penser qu’il a été transporté depuis lesAlpes par les glaciers (voir aussi bloc erratique). Sa découverte remonte à 1892 lors du percement de la ficelle reliant la Presqu’île à la Croix-Rousse : les travaux de percement du tunnel durent être interrompus car les travailleurs étaient bloqués par une roche extrêmement dure, qu’ils n’arrivaient pas à briser. La roche en question dut donc être dégagée et extraite du substrat, ce qui demanda de grands moyens et provoqua un certain retard dans les travaux. Finalement exhumé, le « Gros Caillou » est devenu à la fois le symbole de la force et de la persévérance des Lyonnais face aux obstacles, mais aussi le symbole du rattachement de la Croix-Rousse à Lyon, facilité par le funiculaire. Le Gros Caillou fut ainsi placé et installéarrow-10x10 canuts dans tourisme au bout est du boulevard, d’où il domine le Rhône et toute la plaine jusqu’aux Alpes.

Le Gros Caillou était à l’origine à cheval sur le 1er arrondissement (les pentes, lyonnaises) et le 4e arrondissement (le plateau de la Croix-Rousse). À la suite de la construction d’un parking souterrain et d’un parc (nommé Espace Gros Caillou), il a été déplacé d’une trentaine de mètres pour être désormais uniquement dans le 1er arrondissement, ce qui excite l’ire de certains croix-roussiens8.

Selon la légende, le Gros Caillou représenterait aussi le cœur d’un huissier cupide qui aurait mis à la rue une famille de canuts déshérités.

La cour des voraces

018

 

Vaste immeuble construit en 1840, la cour des Voraces possède un escalier de pierre monumental qui rythme le côté sud de la cour.

Au rez-de-chaussée était installéarrow-10x10 cour des voraces l’un des derniers ateliers de canuts (travailleurs de la soie) en activité sur les pentes. C’est là qu’était installé un groupe mutualiste de canuts, le Devoir mutuel, qui, par déformations successives, a donné « dévoirants », puis « vorace »s.

Ils participent aux soulèvements de canuts de la première moitié du 19ème siècle, notamment en 1848, où ils tiennent les forts de Lyon pendant 4 mois.

En descendant sous la cour, la traboule débouche en arrière de l’immeuble et rejoint la montée St-Sébastien (n° 14 bis) ou la rue Imbert-Colomès (n°29) en traversant un autre immeuble.

Si, dans le Vieux Lyon et une partie de la Presqu’île, les traboules sont caractéristiques de l’habitat de la période Renaissance, celles des Pentes de la Croix Rousse datent du XIXe siècle.

Une traboule est une voie réservée aux piétons, souvent étroite, débutant par un couloir d’entrée et traversant un ou plusieurs bâtiments pour relier une rue à une autre. Les traboules des pentes de la Croix-Rousse forment un réseau dense qui descend jusqu’à la place des Terreaux.

Sur la place de la Croix-rousse, s’érige la statue de Joseph Marie JACQUARD

012

 

Joseph Marie Charles dit Jacquard, né le 7 juillet 1752 à Lyon, mort le 7 août 1834 à Oullins, est un inventeur français, à qui l’on doit le métier à tisser semi-automatique.

Fils d’un canut « maître-fabricant », il exerce de nombreuses professions dont certaines sont liées à la soie, mais également à l’imprimerie. Ayant étudié seul la mécanique, il met au point, en 1801, le métier à tisser Jacquard, dit métier Jacquard1. Dans la continuitéarrow-10x10 croix-rousse des travaux de Jacques de Vaucanson, il équipe son métier d’un mécanisme sélectionnant les fils de chaîne à l’aide d’un programmearrow-10x10 jacquard inscrit sur des cartes perforées (que l’on doit à Basile Bouchon). Il devient ainsi possible à un seul ouvrier de manipuler le métier à tisser, au lieu de plusieurs auparavant.

Le métier Jacquard,  est souvent présenté comme l’un des ancêtres de l’ordinateur.

013014 (1)

 

 

 

 

 

au détour de la montée Kubler ce mur peint à la mémoire des canuts et ces mots: « file…le temps, restent les canuts, Croix-Rousse éternelle… »

Pour finir la promenade d’aujourd’hui cette jolie statuette que l’on peut voir au Parc de la Cerisaie, rue Chazière

001

123456

Blog du niveau intermédiaire |
La Biodanza à Lyon et sa ré... |
mes ouvrages 4ème |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jaïna
| Coursformationanglaisdifgap...
| Institut magique Salem